Annuaire referencement gratuit sans lien de retour

Comment gommer son excedent locatif chaque année et réduire considérablement ses impôts globaux avec le régime du déficit foncier ?

Le régime du déficit foncier en immobilier rénové

Acheter une maison ou un appartement apparaît comme une option fiable et rentable en matière de placement. En effet, l’achat d’un bien immobilier peut susciter de nombreux avantages dans la mesure où sa rentabilité locative est importante. Celle-ci étant actuellement optimisée grâce à une multitude de dispositifs fiscaux, il n’incombe à l’investisseur que de bien réaliser son choix en fonction de ses besoins et ses stratégies d’investissement. A l’instar de plusieurs alternatives, le déficit foncier demeure une solution de placement stratégique pour relever les intérêts fiscaux sur le long terme. Une opportunité donc pour les personnes qui souhaitent investir dans un secteur florissant tout en jouissant d’une meilleure réduction d’impôts.


Comment le déficit foncier fonctionne t-il ?


Le secteur immobilier connaît une constante évolution qui attire les investisseurs de façon incontournable. Les principales raisons étant l’importance du rendement ainsi que la pérennité et le confort des revenus qu’il produit, il offre également un intérêt en termes de fiscalité, une des conditions que redoutent pourtant les individus désirant se lancer dans un tel projet. Mieux gérer son bien lorsqu’il est mis en location peut donc amener à réduire ses impôts en optant pour un outil de défiscalisation optimal tel que le déficit foncier. Ce dernier peut-être envisagé en s’appropriant un bien immobilier à rénover. Les différentes charges ainsi liées peuvent induire ledit déficit qui n’est imputable que lorsque les loyers perçus sont inférieurs aux charges financières relatives au bien loué.


Dans quels cas ce dispositif est-il fiscalement avantageux ?


Le recours au déficit foncier permet à l’investisseur de réaliser des économies significatives grâce à l’allègement d’impôts. Cette option ne se répercute pas seulement sur les revenus fonciers mais aussi sur les autres revenus imposables du propriétaire bailleur. Les charges diverses et les intérêts d’emprunt entrent ainsi en ligne de compte tout en se conformant à certaines règles de déduction propres au déficit foncier.


Les contraintes à respecter


A condition cependant que l’investisseur soit soumis au régime d’imposition réel et que les frais à déduire soient classés dans les charges prises en compte par ce dispositif, ce dernier est susceptible de produire d’intérêts substantiels quant à la réduction d’impôts. Le montant du déficit foncier est imputable au revenu global dans la première année sans devoir dépasser 10.700 euros. Si le déficit franchit ce seuil, le solde restant sera retranché jusqu’à épuisement dans les 10 années qui suivent. Ceci bien évidemment, est valable que si le bien est loué jusqu’au 31 décembre de la 3ème année après l’imputation. Quant aux intérêts d’emprunt, ils ne sont imputables qu’aux revenus fonciers s’étalant sur 10 ans.



0
0.0/5 pour 0 note
Le régime du déficit foncier en immobilier rénové

Thématique proche de Le régime du déficit foncier en immobilier rénové

Quel investissement immobilier pour 2017 ?
Pour l'année 2017, un placement immobilier intéressant s'adresse à tous les...